Mozilla Mozilla se lève

  • Document original : www.salon.com
  • Date orignale : 10 septembre 2002
  • Auteur : Farhad Manjoo
  • Publication : Copyright 2002 Salon.com
  • Traduction : Bruno Ethvignot, Hervé Renault
  • Mise à jour : 06/06/2003

Netscape ne délogera pas Internet Explorer de son hégémonie dans l'univers des navigateurs. Mais son frère `open source` vise encore un défi plus grand : Windows.

Mozilla rising Le 28 août, WebSideStory, une société qui tient des statistiques sur les logiciels qu'utilisent les personnes pour se connecter, donne quelques chiffres confirmant ce que la plupart des surfeurs qui pensent à de telles choses savent déjà : Presque personne n'utilise le navigateur web Netscape Navigator. WebSideStory a annoncé que Netscape, la société que beaucoup de gens crédite d'avoir déclenché la révolution Internet, est maintenant abandonné dans le monde qu'elle a aidé à créer, revendiquant seulement 3,4 pour cent des utilisateurs web dans le monde.

C'est une baisse stupéfiante juste en une année, alors que Netscape avait 13 pour cent de part de marché- et particulièrement depuis le zénith de la société au milieu des années 1990, quand pratiquement tout le monde utilisait son navigateur. Mais maintenant, 96 pour cent des personnes en ligne utilisent Internet Explorer de Microsoft et, selon WebSideStory, il est probable que Netscape perdra bien plus de terrain dans l'avenir.

"La guerre de navigateur," dit l'un des cadres de la société dans son communiqué de presse, "est en fait un massacre."

Netscape ne croit à pas ces chiffres; un représentant de la société a déclaré que d'autres études donnent à Netscape le double de part. Mais l'enquête jette néanmoins un voile sur la nouvelle version du navigateur de Netscape, Navigator 7.0, qui est sortie le jour suivant. Dans son annonce, la société a dit que le nouveau Navigateur contribuerait à "l'élan de croissance de Netscape" et que les nouvelles fonctionnalités du navigateur aideraient à regagner des personnes qui étaient passées à Microsoft.

Netscape a raison d'avoir de grands espoirs pour le nouveau Navigator. La version 7.0 est un navigateur excellent; il est aussi stable et fiable qu'Internet Explorer, il affiche les pages aussi rapidement et elles semblent toutes fonctionner comme elles le doivent.

Mais les meilleures nouvelles fonctionnalités du navigateur, comme le rendu du HTML plus rapide et la "navigation par onglet," ne sont pas vraiment nouveaux - ils sont disponibles dans Mozilla, le navigateur `open source` sur lequel Netscape est basé, depuis quelque temps. Dans le modèle de développement de Netscape, ses programmeurs travaillent sur le code de Mozilla et seulement après qu'une nouvelle version de Mozilla a été décidée "stable", la marque change et il sort comme un produit Netscape. Ce système de développement a quelques bénéfices, mais il a un grand inconvénient : Il est certain que Netscape est toujours derrière Mozilla, en proposant des fonctionnalités que le navigateur `open source` a eu des mois auparavant.

Tout cela pour dire que : Netscape est condamné. S'il existe de bonnes raisons aux utilisateurs d'Internet Explorer de passer à Netscape, il existe de meilleures raisons pour passer à Mozilla, qui a toutes les fonctionnalités qu'offre Netscape et aucun des inconvénients - particulièrement la marque Netscape de Time AOL Warner. En effet, après des premières années très chaotiques, pendant lesquelles il a été ignoré et montré comme un échec, le projet de Mozilla est maintenant devenu la chose la plus intéressante dans l'univers des navigateurs. Les fidèles des développeurs Mozilla travaillent sur toutes sortes de projets parallèles -- blogage sur le navigateur, gestionnaire de fichiers, client tchat, imitation de la barre Google -- qui pourraient finalement atteindre une masse critique.

Certaines de ces fonctionnalités sont déjà disponibles dans Internet Explorer, mais la promesse de Mozilla est qu'il est infiniment extensible et qu'il nécessite des compétences en programmation minimales pour entrer dans le jeu. Bientôt, disent les développeurs, nous verrons des compléments à Mozilla qui dépasseront de loin Internet Explorer.

Mais la meilleure chose au sujet de Mozilla, c'est que ce n'est pas simplement un navigateur. Un grand nombre de développeurs parle maintenant d'utiliser Mozilla comme "plate-forme" -- c'est-à-dire, utiliser la base du code de Mozilla pour construire des applications qui n'ont rien à voir avec un navigateur, comme des calendriers et des clients messagerie et d'autres bureaux Linux. Vous n'avez pas besoin de télécharger Mozilla pour utiliser ces applications, puisque certaines sont distribuées avec leur propre version dépouillée du moteur de Mozilla -- qui, quand y vous pensez, est exactement le genre de chose que Microsoft essayait d'empêcher quand il a lancé sa guerre contre Netscape. Il n'a pas voulu de Netscape dans le voisinage, parce que Netscape devenait une plate-forme. Ce serait amusant si Microsoft arrivait à tuer Netscape et remporter la guerre des navigateurs, mais si finalement l'enjeu restait la plate-forme. Netscape pourrait mourir, mais les flammes du dragon qu'il a engendré pourrait bien bruler Redmond."

Pour un logiciel de sa catégorie, le navigateur web est resté remarquablement figé pendant les neuf années de son existence. Le premier navigateur populaire, Mosaic, développé au NCSA (National Center for Supercomputing Applications), a eu presque tout ce que vous exigiez de nécessaire dans un navigateur : les boutons précédent, suivant, démarrage et actualiser et une barre d'adresse. Le premier navigateur de Netscape, Netscape Mosaic 0.9, sortit en 1994, a ajouté tout le reste -- le bouton "arrêt", les signets, et la capacité de supporter de multiples connexions, qui ont considérablement amélioré la vitesse de téléchargement. (Pour un aperçu de l'histoire des navigateurs, consulter Deja vu. )

Et c'est un peu près là où l'innovation du navigateur web s'est arrêtée, dit Jakob Nielsen, un expert dans l'ergonomie de sites web qui a écrit plusieurs livres sur la conception web. "Mosaic a frappé dès le début où il fallait," dit-il, "et depuis lors nous avons eu un modèle de navigateur web." Il concède qu'il y eu des améliorations de cette idée initiale -- les navigateurs d'aujourd'hui sont plus rapides et plus stables que les premiers, et ils ont de petits plus qui facilitent la vie. Vous ne devez pas taper la partie "HTTP://" d'une URL, comme vous avez dû le faire dans les premiers navigateurs. "mais c'est un déshonneur que vous ne puissiez toujours pas imprimer correctement des pages web," dit Nielsen. "Si vous avez déjà imprimé un reçu d'un site de commerce électronique, la moitié du temps le prix est coupé. Pourquoi le navigateur ne peut-il pas dire, 'j'imprime sur un périphérique en haute-résolution et je peux facilement rétrécir des choses pour les rendre comme il faut'?"

Le navigateur de rêve de Nielsen "utiliserait le réseau" dans le coeur de ses processus, de sorte que, par exemple, si vous avez mal orthographié une URL il corrige automatiquement ce que vous avez probablement voulu dire (à la manière de Google avec les termes de recherche). Votre navigateur pourrait indiquer à votre moteur de recherche chaque page que vous avez fait auparavant, pour que vous puissiez limiter votre recherche aux sites que vous avez vus dans le passé. Ou, au lieu de cela, il se débarrasserait entièrement du navigateur et inventerait "un panneau de commande numérique," quelque chose intégrée avec le courrier électronique et d'autres applications réseau, qui vous mette à jour quand quelque choses change sur le Web, vous dit quand quelqu'un vient en ligne et suit votre liste de discussion préférée et vous alerte quand vous devez prêter attention.

Vous pouvez ne pas être d'accord avec Nielsen et peut-être que votre navigateur de rêve serait légèrement différent. Mais de la manière où vont maintenant les choses, n'importe comment les nouvelles fonctionnalités que vous voulez ne vont probablement pas venir de Microsoft.

Pendant des années, des personnes ont alerté que quand Microsoft aurait repris le marché des navigateurs, les navigateurs allait s'atrophier d'un manque de concurrence. Maintenant ils disent qu'ils avaient vu juste - I.E. ne change pas. Microsoft nie que c'est le cas. Comme preuve, un représentant a indiqué trois nouvelles fonctionnalités de I.E. 6.0 - la barre de médias, le guide du contenu et le redimensionnement automatique des images. (Dans sa revue de I.E. 6.0, Browser.com de CNET'S a dit du auto-redimensionnement : "ce n'est pas un bogue, c'est une fonctionnalité. Trompeur.")

Microsoft n'a aucune raison de changer radicalement Internet Explorer. Le produit ne rapporte pas d'argent à la société et est déjà fortement populaire. Ni Netscape, ni Mozilla, ni le navigateur norvégien, Opera, ne représentent un défi assez important face à la domination de Microsoft, la société serait stupide de dépenser plus de ressources que nécessaire sur le programme.

"Et c'est la tragédie," dit Nielsen. "Ils n'ont pas de motivation de semer la pagaille. Et s'il y a une société qui ne sème pas la pagaille dans les affaires", c'est Microsoft."

La plupart des utilisateurs web ne voulait probablement pas que cela passe ainsi, mais pendant la guerre des navigateurs, Netscape ne nous a guère laissé le choix. "C'est la faute de Netscape," dit Nielsen. "Netscape aurait pu maintenir leur avance. Maintenant évidemment qu'ils étaient contre cet empire impitoyable, alors nous ne pouvions pas le garantir - mais pendant un temps Microsoft a fait des navigateurs à peine meilleurs. Internet Explorer a mieux fonctionné, a mieux rendu les pages. Au début, vous auriez choisi Netscape 3 à la place d'Internet Explorer 3. Mais ensuite I.E. 4 fut meilleur que Netscape 4 et ensuite I.E. 5 fut bien mieux."

Meg Hourihan, la développeuse Web et blogueuse qui dirige Megnut.com, donne la même chronologie. "Avec Netscape 3, j'étais une utilisatrice de Netscape," dit-elle. Mais quand I.E. 4 est sorti, Hourihan et toute les personnes qu'elle connaissait ont dans une certaine mesure timidement changé pour Microsoft. "Netscape ne s'en est jamais remis."

Certainement que le monopole de Microsoft sur les navigateurs a quelque chose à voir avec sa victoire - au moins une cour fédérale l'a jugé ainsi, et Netscape tient toujours pour responsable de sa perte des pratiques de Microsoft. Laura Yecies, un cadre de Netscape responsable du logiciel client, a dit qu'elle attribue chacune des parts de marché que Netscape aurait pu perdre la dernière année "à la tactique anticompétitive de Microsoft." Cependant malgré cette tactique, Yecies dit qu'elle était confiante, que des personnes changerait pour le nouveau Netscape.

Cependant, les critiques du produit ont été décidément ternes. CNET a détesté que Navigator "montre des annonces d'AOL partout" et n'inclut pas une des meilleures fonctionnalités de Mozilla, un bloqueur de 'pop up'. "Nous avions de grands espoirs pour Netscape 7.0" dit l'équipe de critiques de CNET, "mais nous sommes extrêmement déçus, particulièrement par la fonctionnalité disparue supprimant les 'pop up'. Il n'y a aucune raison pratique de I.E. à Mozilla."Sur Slashdot, un plaisantin a écrit, "Pourquoi doit-je utiliser Netscape au lieu de Mozilla ? Pas assez de fenêtres 'pop-up' dans ma vie ? Ressentir le besoin d'une solution plus fermée ?" ("Score : 5, Drôle.")

C'est une bonne question, parce que de toute façon, Mozilla est un meilleur navigateur que Navigator. Par exemple, la meilleure nouvelle fonctionnalité de Netscape, la navigation par onglet - qui vous laisse avoir plusieurs pages web ouvertes dans la même fenêtre du navigateur et vous permet de mettre toutes ces pages dans les signets sous un seul nom - était dans Mozilla plusieurs mois auparavant, et le projet de Mozilla qui l'a créé (appelé MultiZilla) a déjà une version améliorée disponible. Quand vous questionnez sur le sujet, Yecies de Netscape vous répond "c'est vrai, mais l'ingénieur qui travaille dessus [pour Mozilla] est un employé de Netscape. Cela a toujours été fait dans l'intention de favoriser la convivialité général pour Netscape."

Parce qu'il est basé sur le même code, le Navigateur de Netscape peut utiliser facilement les extensions proliférantes de Mozilla. Fabricio Zuardi, un développeur web du Brésil, a créé un module d'extension qui automatiquement cache les bannières publicitaires des pages web. Il est novice en programmation et il a appris XUL - une langage basé sur XML pour construire des interfaces utilisateur, prononcé "zool", qui est le langage de programmation principal de Mozilla - à partir d'un guide d'initiation sur le Web. En un rien de temps il avait conçu le programme, et de partout des personnes lui ont envoyé des changements et des compléments au code.

Une chose semblable est arrivée à Mike Lee, âgé de 21 ans en Australie qui a appris XUL sur le Web et l'a utilisé pour concevoir MozBlog, qui ajoute à une section blogage dans votre navigateur, vous permettant de continuer à remplir votre blog n'importe où sur le Web. "Il serait certainement beaucoup plus difficile de le faire" dans un autre navigateur, dit Lee dans un tchat en ligne. "Mozilla a cette technologie qui vous permet d'étendre les applications facilement. C'est un navigateur très programmable." MozBlog est sa première application importante.

David Boswell, le développeur open source qui a co-fondé MozDev, indique qu'un grand nombre de tels développeurs se prenne à la programmation de Mozilla. "Mozilla n'est plus simplement un navigateur open source," dit-il. "C'est un environnement pour des applications multi plates-forme sur le Web." Boswell, qui a co-écrit un livre sur ce sujet, "la Création d'applications avec Mozilla," dit que dans une application basée sur Mozilla, Gecko - le moteur de rendu de Mozilla, qui affiche le HTML - fait la majeure partie du travail essentiel de l'application. Cela permet aux programmeurs de faire très peu de codage et développer des applications est en fait beaucoup plus près du développement de pages web.

Un projet que Boswell aime en particulier est le HomeBase Desktop de OEone Software, une interface graphique complète pour systèmes Linux. Selon Mike Potter, un développeur de logiciels à OEone, HomeBase est plus facile à utiliser que n'importe quel bureau que vous avez pu utilisez auparavant. Il n'y a aucune barre de menu et aucune fenêtre flottante - un système qui le rend légèrement moins fonctionnel que d'autres systèmes fenêtrés, mais parfait pour les gens qui viennent d'apprendre à utilisez un ordinateur. Autrement dit, "Linux pour votre grand-mère," dit Potter. (HomeBase fonctionne seulement sur Linux pour le moment, mais un des avantages de code basé sur Mozilla est qu'il est facile à porter sur d'autres systèmes. OEone offre le code source sur son site, si quelqu'un veut faire une version Windows ou Mac, il est libre de le faire ainsi.

Il n'est pas clair si le développement de Mozilla arrivera à un point où il menacera vraiment Microsoft. Mozilla n'est certainement pas le premier challengeur de "plate-forme". Netscape et Java étaient les derniers dans une telle tentative. Microsoft, avec son monopole de Windows, semble toujours avoir la manière de neutraliser ce que semblent commencer a présenter de fortes menaces à sa façon de faire les choses.

Mais Potter et Boswell disent que le modèle de développement de Mozilla a une qualité qui les rend optimistes au sujet du système - il est facile. "C'est bien mieux que Java," dit Potter. "Ce que je pense qui va arriver, c'est que tous ces gens qui ont fait des sites Web pour durant toute cette période ont été ennuyé avec cela. Les types qui dirigent des sites avancés ne connaissent pas Java. Ils connaissent Javascript et les feuilles de style et c'est tout que vous avez besoin pour Mozilla. Donc ils vont commencer à programmer pour Mozilla, parce que c'est simple. Ils écriront des petits programmes pour Mozilla et vous irez sur la page de quelqu'un et téléchargerez ce programme. Il fera juste partie de la page web."

"Finalement, [les administrateurs de sites web] intégreront leur contenu dans ces programmes, donc vous ne visiterez pas le site web de golf, vous démarrerez le programme de golf," ajoute Potter.

"Le navigateur n'est plus le coeur du problème."


Faire un commentaire.

(Site mise a jour le mardi 16 mars 2004)

Ce document à une CSS valide Ce document est conforme au XHTML 1.0