Mozilla Guide pour Mozilla 1.0

  • Date  : 22 mai 2002
  • Auteurs : Brian Henrich, Jayesh Sheth, David Gerard
  • Publication : © 2000-2002 Alex Lee sous OPL
  • Traduction : Bruno Ethvignot, Dimit Lecas, Ho Alexandre Siger, et Stéphane Santon
  • Mise à jour : 09/06/2003

Introduction

Mozilla 1.0 est la première version majeure du logiciel Mozilla. Aussi bien une véritable suite de logiciels de navigation basée sur les derniers standards d'Internet qu'un `toolkit` multi plate-formes, Mozilla 1.0 est destiné à la communauté de développeurs et permet la création d'applications Internet. Il a été développé dans un environnement `open source` et construit en exploitant la puissance créatrice de milliers de programmeurs sur Internet, incorporant leurs meilleurs perfectionnements.

En offrant un jeu de composants qui peuvent être utilisés dans une grande variété d'applications, qui sont tous `open source`, gratuits, et qui ont été testés à travers leurs utilisations dans l'application Mozilla 1.0 par des utilisateurs finaux, Mozilla 1.0 offre la possibilité aux développeurs de construire des applications multi plate-formes, centrés sur le monde des réseaux.

Mozilla 1.0 augmente aussi la variété de développeurs qui peuvent écrire des applications complexes, car l'architecture de Mozilla permet leur création en développant à partir des mêmes technologies employées pour créer du contenu Web.

Ces pages sont conçues comme un guide d'introduction à Mozilla 1.0 de la même manière pour les utilisateurs, les critiques et les OEMs (Original Equipment Manufacturer) et fonctionne en tandem avec les pages des FAQs pour fournir l'information fondamentale sur Mozilla 1.0 dans une forme aussi comprimée que possible.

Les personnes appartenant aux médias qui veulent des informations complémentaires sur Mozilla peuvent envoyer un courrier électronique à Catherine Corre. Veuillez, s'il vous plaît, donner une date limite appropriée, pour qu'elle puisse vous répondre à temps.

GENERALITE

C'est quoi la suite Mozilla ?

La suite Mozilla est un ensemble sophistiqué de logiciels clients Internet qui intègre :

La suite est conçue pour fonctionner uniformément sur beaucoup de systèmes d'exploitation, un avantage significatif pour ceux qui permutent avec des environnements logiciels et matériel hétérogènes. Les plates-formes supportées incluent : Win32 (Windows 9x, ME, NT, 2000 et XP), MacOS (8.5, 8.6, 9.x et OSX), Linux, BSD/OS, FreeBSD, HPUX, Caldera OpenUNIX8 et Unixware 7.1.1, OpenVMS, OS/2, Solaris et Tru64-UNIX .

Pour finir, la base du code est open source, donnant aux utilisateurs un vaste champ de droits et d'options non disponibles en utilisant du logiciel propriétaire.

Qui peut utiliser la suite Mozilla ?

La suite est destinée pour être utilisée par des distributeurs, mais chacun peut utiliser la suite Mozilla dans son produit en accord avec les licences MPL et NPL (Mozilla et Netscape Public Licences).

Le produit Mozilla est librement redistribuable tel quel ou dans une forme modifiée, et on s'attend à ce que des tierces personnes le réutilisent et le renomme comme ils l'entendent. Ces tierces personnes peuvent aussi vouloir fournir de la documentation complémentaire et/ou du support complémentaires pour satisfaire les besoins de leurs utilisateurs.

De plus, l'utilisateur ordinaire désirant naviguer sur le Web, un client messagerie/forum et un tchatter peuvent aussi télécharger la suite Mozilla directement sur mozilla.org. Nos récents jalons (milestones) sortis ont été téléchargés entre 300 000 et 400 000 fois chacun. Un bon nombre de gens désirent donc utiliser la version d'origine du logiciel Mozilla tel que diffusée par mozilla.org.

Cependant, les versions diffusées par mozilla.org sont destinées aux distributeurs et aux développeurs. Mozilla.org ne projette pas de publier une version pour le grand public, ni de fournir un support à l'utilisateur final issu du grand public., le support se limite à plusieurs groupes de discussion d'utilisateurs indépendants.

Notre espoir est que la plupart des utilisateurs obtiendront Mozilla en tant qu'élément de redistribution, gratuite ou payante, comme ceux de Netscape, Red Hat, IBM ou Beonex. D'autres applications de la technologie Mozilla sont aussi en développement.

Qu'est-ce que le toolkit (boîte à outils) Mozilla ?

Le `toolkit` Mozilla combine un jeu de composants (comme le moteur de rendu Gecko, le moteur JavaScript, les bibliothèques réseau et la couche de portabilité) et des outils de programmation (un débogueur JavaScript, un inspecteur de DOM, etc.), avec des moyens commodes pour les programmer en employant des technologies comme XML, CSS et ECMAScript (JavaScript).

Dans ce simple environnement (framework) il est possible de créer des applications allant de la plus ordinaire (comme des pages Web) à la plus sophistiquée, comme Mozilla, en passant par des applications de messageries électroniques et de tchat.

Quels autres produits peuvent être construits sur la base du code de Mozilla ?

À part le produit Mozilla, les OEMs (Original Equipment Manufacturer) ont mélangé et joint des parties du code modulaire de Mozilla pour construire une large gamme de produits. Certains de ces produits sont d'autres navigateurs, comme Galeon et Camino (autrefois connu comme Chimera) (un navigateur basé sur Gecko pour Mac OS X).

Quelques produits embarquent le moteur de rendu de Mozilla (connu sous le nom de "Gecko") dans d'autres applications, permettant à ses applications de décoder et d'afficher du HTML. Les exemples incluent la "Dot.Station" d'Intel et les "set-top boxes" bientôt disponibles de Worldgate.

D'autres produits utilisent des composants comme ECMAScript (JavaScript) et les capacités cryptographiques de Mozilla pour les produits qui ont peu en commun avec des navigateurs. Par exemple, ActiveState utilise des technologies Mozilla pour construire l'outil de développement IDE Komodo, tandis qu'OEONE utilise des technologies Mozilla pour construire un environnement d'exploitation `hometop` pour l'utilisateur d'ordinateur domestique.

Plus de 100 projets utilisent la technologie Mozilla peuvent être trouvés sur www.mozdev.org.

La base du code de Mozilla est un logiciel `open source`, signifiant qu'il peut être utilisé, modifié et distribué sans frais. Les termes de la licence du code source ont été soigneusement développés pour permettre à d'autres de combiner le code de Mozilla avec du code propriétaire et de créer des produits commerciaux pour lesquels des frais sont demandés. Bien sûr, il peut aussi être utilisé pour construire d'autres logiciels non propriétaires.

C'est quoi Mozilla 1.0 ?

Mozilla 1.0 est la première version principale de :

Mozilla 1.0 atteint également un niveau de stabilité et de maturité des API. Un effort important dans la recherche de la version 1.0 de Mozilla a été l'identification et la finalisation d'un jeu d'API (Application Programming Interfaces) qui fournira une base stable pour ceux qui emploieront Mozilla pour construire des applications et des fonctionnalités complémentaires.

Un groupe choisi d'APIs a été marqué "@FROZEN". Mozilla.org a l'intention de maintenir la compatibilité d'API pour cet ensemble jusqu'à la version 2.0 de Mozilla. Une liste des API qui sont gelées à partir de Mozilla 1.0 est aussi disponible.

Mozilla 1.0 est aussi un point de départ à partir duquel mozilla.org maintiendra une branche stable et et une de développement.

Les nouveaux développements significatifs se produiront sur le tronc, se détachant de la branche pour maintenir ses caractéristiques de stabilité d'exécution. De cette façon, les sociétés et des projets souhaitant construire des produits utilisant le code de Mozilla auront accès à une branche d'une grande longévité, stable et n'auront pas besoin de s'intéresser aux changements quotidiens ou hebdomadaires du cycle de développement le plus récent.

Quels sont les avantages du logiciel `open source` ?

Le code source d'un logiciel `open source` est disponible, gratuitement, pour n'importe quelle utilisation. Cela donne beaucoup d'avantages :

Les avantages de développement `open source` dans l'ingénierie et ont été discutés en détail dans la Cathédrale et le Bazar. Le logiciel `open source` offre aussi beaucoup d'avantages aux destinataires.

Par exemple, il y a souvent des bogues dans le logiciel que le fournisseur ne trouve pas particulièrement important, mais qui sont critiques pour un utilisateur ou un OEM. Avec le logiciel `open source`, les destinataires ne sont pas limités à faire pression sur le fournisseur ou à payer le fournisseur pour corriger les bogues. Les destinataires sont libres de corriger les bogues eux-mêmes.

Si un destinataire n'a pas l'expertise ou préfère ne pas travailler avec un logiciel `open source` particulier, il peut demander du support technique ou contracter des accords avec d'autres - et pas juste le fournisseur original - pour faire corriger un bogue.

Les problèmes liés à la de "fin de vie" sont aussi importants, puisque les utilisateurs et les OEMs sont souvent affectés négativement quand un fournisseur veut arrêter le support d'un produit, pour forcer les destinataires à mettre à niveau ou à changer de produits contre leurs volontés.

Avec le logiciel `open source`, personne ne peut forcer l'arrêt d'un produit. Des personnes peuvent arrêter de travailler sur le projet, mais d'autres peuvent décider de maintenir et développer le code. Les utilisateurs et OEMs ont ainsi des options non disponibles avec le logiciel propriétaire : ils peuvent vouloir se diriger vers un autre produit si cela semble être la meilleure solution - mais ils peuvent aussi vouloir maintenir le logiciel en question ou se joindre à d'autres pour le développer.

De la même façon si le développement du produit se dirige dans une direction incompatible avec les besoins de l'OEM ou d'un utilisateur : le destinataire peut vouloir se diriger vers un produit différent, mais peut aussi vouloir maintenir le logiciel (ou se joindre à d'autres pour le faire).

Une conséquence de cette manière de maintenir et de développer le logiciel est le développement 'un bassin diversifié d'expertise et de `leadership`. Avec le logiciel propriétaire, l'expertise est d'habitude concentrée et limitée aux employés du fournisseur, mais dans un projet `open source` quiconque ayant de la compétence et de l'intérêt peut rejoindre le projet et développer l'expertise.

Les sociétés employant le code de Mozilla dans leurs produits peuvent développer l'expertise interne sur plusieurs niveaux. Ils peuvent vouloir se concentrer sur la fonctionnalité spéciale importante et unique à leur produit ou développer l'expertise dans les composants fondamentaux de Mozilla. L'expertise et l'engagement donne le `leadership` et le `leadership` donne un plus grand impact sur le développement futur du logiciel.

La suite Mozilla.

Quelles sont les dix particularités les plus intéressantes de Mozilla ?



Quelles langues Mozilla 1.0 supporte-il ?

Mozilla 1.0, qui a un solide support des données à caractère multilingues (Unicode), doit être disponible en 38 langues. Pour voir la liste des langues : http://mozilla.org/projects/l10n/mlp_status.html

En raison de la nature `open source` du code de Mozilla, chacun est libre de traduire les applications Mozilla dans d'autres langues. L'Organisation Mozilla l'encourage, car cela permet aux personnes de naviguer dans la langue ou le dialecte de leurs choix et de se concentrer sur le contenu d'intérêt régional.

La forte demande pour des applications et du contenu localisé peut être vue dans le nombre énorme de volontaires de la communauté qui ont développé des applications localisées de Mozilla. Mozilla.org soutient ces efforts par le Projet de Localisation de Mozilla, qui donne des conseils, une communauté et des contacts d'information pour beaucoup de projets de localisation.

Quelle est la différence entre le produit d'utilisateur final Mozilla et Netscape 6/7 ?

Le code du projet Mozilla forme le coeur de Netscape 6 et les gammes de produits suivants.

Parce que Mozilla est un projet `open source`, chacun est libre d'utiliser le code de Mozilla et de le combiner avec d'autre code pour créer de nouveaux produits. Netscape contribue au travail de production par un ensemble d'employés dédiés au projet Mozilla. Ce travail de production est combiné avec les contributions d'une foule d'autres contributeurs pour créer la base du code de Mozilla .

Netscape récupère alors une bonne partie, mais pas la totalité, du code et l'utilise pour le produit Netscape 6/7. Netscape ajoute un ensemble de composants au coeur de Mozilla, comme AOL Instant Messenger, une machine virtuelle Java, et un ensemble de plugiciels (plug-ins). Netscape ajoute également ses logos et d'autres éléments de marque déposée, et change l'URL par défaut, etc.

Netscape 6/7 est une personnalisation du code Mozilla destiné aux consommateurs, tandis que Mozilla lui-même vise la communauté des développeurs.

Comment Mozilla rivalise-t-il avec d'autres navigateurs ?

Mozilla fournit une uniformité maximale à travers une large gamme de plates-formes. Cela devient approprié si un service des technologies de l'information doit supporter plusieurs plates-formes ou si un utilisateur de Windows veut essayer Linux.

Pour un tableau de comparaison détaillé, allez sur : http://www.vorstrasse91.com/moztips/browser_compare.html. Une récente comparaison sur Mac uniquement (omettant le nouveau Camino, autrefois connu comme Chimera basé sur Gecko pour MacOSX uniquement) existe aussi.

Quels standards d'Internet Mozilla 1.0 supporte-il ?

Le support des standards établis et en développement est un des buts principaux de la conception de Mozilla. Ces standards sont créés par des organismes de standardisation de confiance comme le Consortium W3C (World Wide Web), l' ECMA, qui ont entrepris la standardisation de JavaScript en tant que ECMAScript, l' IETF et d'autres.

Les standards supportés par Mozilla 1.0 incluent :

De plus, quelques standards ad hoc et de fonctionnalité d'autres vendeurs sont aussi soutenus ; par exemple, XML-RPC, XMLHTTPRequest et document.load ().

Pour en apprendre plus sur ces technologies, référez-vous s'il vous plaît à XML dans Mozilla.

Sur quelle sorte d'équipement Mozilla tourne-t-il ?

Le moteur de rendu Gecko conforme aux standards qui est le coeur de Mozilla est rapide et efficace. Il peut s'exécuter sur des équipements aussi petits que des ordinateurs de poche jusqu'à servir de base à un environnement d'exploitation entier.

Où puis-je en apprendre plus sur le produit Mozilla ?

Un bon lien à regarder est la FAQ de Mozilla 1.0.

Vous pouvez aussi regarder les guides des critiques écrits pour les produits basés sur Mozilla, comme Netscape 7 (notez s'il vous plaît que ce lien est un document PDF de 2.9 Mo)

Le `toolkit` de Mozilla.

Qu'est-ce que Gecko ?

Le moteur de rendu, intégrable et multi plate-formes est le coeur de Mozilla. Il n'a aucune interface utilisateur, il décode juste le contenu Web et l'affiche. Cette capacité est utilisée dans énormément d'applications, dont certaines ont peu en commun avec un navigateur. Par exemple, Gecko (de concert avec XUL ; voir ci-dessous) est utilisé pour afficher l'interface utilisateur des applications de Mozilla.

Le développement de Gecko a commencé en 1997 et a évolué vers un moteur de rendu léger, rapide et robuste avec une architecture ouverte, portable, extensible et personnalisable. Il a été intégré dans une variété de logiciels tiers et de matériels, allant de convertisseurs HTML en PNG jusqu'à des IDEs commerciaux. Gecko sert comme le moteur de rendu du dernier Compuserve 7.0 et de moteur à Netscape 6 et 7. Il est aussi testé dans des versions beta du service AOL et est utilisé dans la version 8 du client AOL pour MacOSX.

D'autres exemples incluent plusieurs projets qui sont de purs navigateurs :

Plus d'informations techniques sur Gecko embarqué sont disponibles sur les pages de mozilla.org et de codeguru.com.

Qu'est ce que XUL ?

XUL (eXtensible User-interface Language) est la technologie d'interface utilisateur multi plate-formes de Mozilla basée sur XML.

Cette technologie permet aux développeurs de définir des interfaces utilisateur graphiques multi plate-formes utilisant un mélange de XML, HTML, CSS et ECMAScript (JavaScript). Un utilisateur peut modifier n'importe quel aspect de l'interface utilisateur d'une application Mozilla basé sur XUL (comme le produit Mozilla lui-même) simplement en modifiant des fichiers qui utilisent la syntaxe d'une page Web standard.

XUL utilise Gecko pour implémenter l'interface utilisateur spécifié. La combinaison Gecko/XUL est la base qui permet des applications Mozilla pouvant aller d'une simple page Web à un produit sophistiqué tel que Mozilla 1.0. Gecko supporte tous les éléments basiques des interfaces utilisateur graphiques actuelles, y compris menus, contrôles d'entrée, boîtes de dialogues et des menus en arborescence (par exemple, dans la boîte de dialogue des préférences de Mozilla) et des raccourcis clavier.

Un guide d'initiation sur XUL peut être trouvé sur XUL Planet. Il y a aussi un ensemble de transparents sur comment construire une application avec XUL et JavaScript, accompagné d'informations techniques plus détaillées (1 ;2). Plus d'informations sont aussi disponibles sur mozilla.org. Voir également la page XUL Introduction, Tutorials, and Resources.

Qu'est ce que XPCOM ?

Les composants de Mozilla sont des composants XPCOM. XPCOM (Cross-Platform Component Object Model) d'abord créé en tant qu'élément du projet Mozilla, est maintenant utilisé par plusieurs autres projets. XPCOM est une variante multi plate-formes allégée du bien connu COM (Component Object Model) . Un article du site Web d'IBM discute d'avantage du sujet.

Tous les objets de XPCOM bénéficient d'une enveloppe (wrapper) ECMAScript (JavaScript), ainsi la plupart des développeurs Mozilla apprécieront le multi plate-formes et les autres avantages offerts par XPCOM sans jamais avoir besoin de s'occuper de XPCOM lui-même.

Qu'est ce que Necko ?

Necko (qui rime avec "Gecko") est la bibliothèque réseau de Mozilla. Il fournit une API indépendante de la plate-forme pour plusieurs couches réseau allant des couches de transport aux couches de présentation. Les composants de la bibliothèque incluent une implémentation standardisée des gestionnaires de protocole (HTTP, FTP, etc.), et le coeur de plusieurs fonctionnalités réseau, y compris les DNS, l'authentification, les connexions proxy et la gestion du cache.

L'API est utilisé dans le produit Mozilla et peut aussi être utilisé pour écrire des clients réseau. Des informations sur la bibliothèque réseau Necko sont disponibles à http://mozilla.org/projects/netlib/.

Qu'est ce que Imagelib ?

La bibliothèque de rendu d'images (Imagelib) décode divers formats d'image pouvant être affichés par Mozilla. Elle est complètement modulaire et conforme aux standards, et supporte les formats d'images courants comme JPEG, PNG, GIF et PPM (Portable Pixel Map).

Pourquoi JavaScript (ECMAScript) tient-il une part si importante dans le `toolkit` Mozilla ?

JavaScript est un langage de script largement répandu, à l'origine développé par Netscape ; maintenant il a été standardisé par le comité ECMA-262 comme "ECMAScript". Il est omniprésent non seulement dans les pages Web, mais aussi dans les applications serveur.

Mozilla fournit deux implémentations de JavaScript : l'implémentation originale et la plus répandue est écrite en C et est incorporée au navigateur Mozilla, tandis que la deuxième implémentation est écrite en Java. Des informations sur l'implémentation de JavaScript, des standards, des suites de test, guides d'initiations et forums peuvent être trouvée sur http://mozilla.org/js/.

Basé sur le `toolkit` Mozilla, le débogueur JavaScript, Venkman, fournit un puissant environnement de déboguage JavaScript pour les navigateurs basés sur Mozilla (excluant les navigateurs basés uniquement sur Gecko comme K-Meleon et Galeon).

Vu qu'il a été développé jusqu'à aujourd'hui, Venkman permet aux développeurs de faire les choses suivantes :

L'information complémentaire sur Venkman, y compris une démonstration approfondie, peut être trouvée sur http://mozilla.org/projects/venkman/.

Quels sont les principaux avantages d'utiliser le `toolkit` Mozilla ?

Une application Mozilla s'exécute sans modification et avec toutes les fonctionnalités sur n'importe quelle plate-forme supportant Mozilla.

Mozilla est un logiciel entièrement `open source` et libre, ce qui donne beaucoup d'avantages au développeur. Par exemple, le code `open source` largement utilisé tend à être plus robuste et sûr que le logiciel propriétaire.

Et s'il y a un bogue, un développeur est autorisé à inspecter le code et corriger le problème (et de préférence de signaler le changement pour le bénéfice de tous : "donnez au code et il vous rendra").

Mozilla supprime presque la distinction entre les applications de bureau et les pages Web, ce qui amèneà plusieurs autres avantages. Un développeur qui actuellement réalise une application de bureau programmant, avec le soutien omniprésent d'éléments comme des composants, des APIs, des objets, des événements, des méthodes, des propriétés et des interfaces utilisateur graphiques sophistiquées, trouvera un environnement de programmation hospitalier. Cependant, beaucoup plus que de la technologie basée sur des standards consensuels, la pleine puissance du `Web design` sera directement disponible pour enrichir l'expérience de l'utilisateur et l'application sera multi plate-formes

D'un autre côté, beaucoup de concepteurs de sites Web constateront qu'ils peuvent faire évoluer leurs compétences pour développer de véritables applications sans avoir besoin de quitter leur environnement familier.

Quels outils développeurs sont incorporés à Mozilla ?

Mozilla 1.0 contient un inspecteur de DOM (pour lequel un guide d'initiation est aussi disponible), un débogueur JavaScript, une console Java et JavaScript, et une vue de la source avec coloration syntaxique.

Quelle technologie de sécurité le `toolkit` utilise-t-il ?

La sécurité dans Mozilla commence par NSS (Network Security Services) écrite par les ingénieurs de Netscape. Cette bibliothèque, qui précède la campagne `Free the Lizard` de 1998, bénéficie de :

S'appuyant sur le NSS, le PSM (Personal Security Manager) exécute des opérations cryptographiques au nom d'un client comme Mozilla et est accessible comme un composant en utilisant ECMAScript (JavaScript).

Qui doivent contacter les OEMs qui souhaitent utiliser la base du code de Mozilla pour des informations complémentaires ?

Les OEMs intéressés par l'utilisation de la base du code de Mozilla peuvent entrer en contact avec Mitchell Baker, la porte-parole (Chief Lizard Wrangler) de mozilla.org.

Mettre les choses au clair.

La guerre des navigateurs n'est pas terminée ? Mozilla affectera-t-il l'Internet ?

L'Internet, la planète virtuelle, prend une place croissante dans nos vies. La clef de sa vitalité est l'interopérabilité - le développement ouvert, des standards ouverts et le logiciel `open source` sont ce qui a tout d'abord conduit à la naissance d'Internet, aussi bien que dans d'autres systèmes universels importants comme l'adressage et la remise du courrier électronique mondial .

En continuant dans cet esprit d'ouverture, le code de Mozilla et les outils de développement fournissent aux développeurs les ressources nécessaires pour créer librement et voir la présentation de leurs contenus et données sur le Web.

Le but du projet Mozilla est d'innover et permettre la création de technologie client respectant les standards pour conserver l'information sur un Web libre. Comme de plus en plus les programmeurs et de sociétés utilisent Mozilla comme technologie stratégique, Mozilla 1.0 aidera à la diffusion et l'adoption du logiciel `open source` basé sur des standards, à travers l'Internet, contribuant à son tour à sa vitalité.

Pourquoi Mozilla 1.0 a-t-il été si long à terminer ?

Premièrement, la portée du projet a changé radicalement. Le projet initial était une mise à niveau progressive de la gamme de produits Netscape Communicator 4.x à une proposition pour la gamme de produits 5.x . Cependant, après que le projet a été lancé, il est apparu clairement que beaucoup de ses objectifs ne pouvaient pas être atteinds en utilisant la base du code existante.

Donc une décision a été prise de recommencer le projet Mozilla et de créer une nouvelle génération de code Cette décision a étendu radicalement la portée du projet.

Deuxièmement, tous les changements de conception du nouveau code n'ont pas été faits immédiatement. Le processus de développement s'est avéré être un peu comme la remodélisation d'une maison : dans le meilleur des cas, on projette dans le détail absolu et précis avant de commencer... En réalité, cependant, c'est rarement possible.

Finalement, notre version 1.0,au moment de sa sortie, ne sera pas jugée avec les critères généralement appliqués à la première sortie d'un produit. Au lieu de cela, Mozilla 1.0 sera comparé avec les dernières générations de navigateurs commerciaux. Nous nous sommes donc assuré qu'il soit tout à fait prêt pour sa première grande sortie.

Quand l'expérience utilisateur va-t-elle devenir vraiment innovatrice ?

L'accent mis sur Mozilla 1.0 en termes de fonctionnalité et d'interface utilisateur, devait permettre à Netscape de créer un remplaçant fiable à la série Netscape Communicator 4.x. Cependant, il y a eu des changements profonds sous le capot qui touchent spécifiquement à la future évolution de l'expérience utilisateur et prépare Mozilla à un développement futur rapide et excitant.

Considérez, par exemple, la caractéristique de navigation par onglets. H. J. van Rantwijk a utilisé cette caractéristique dans un autre navigateur. L'année dernière, lui et quelques amis ont utilisé XUL pour créer Multizilla. David Hyatt a vu le travail et a rapidement créé un nouveau gadget XUL qui a implémenté nativement ces caractéristiques de base. La caractéristique de navigation par onglets fait maintenant partie standard de l'ensemble caractéristiques de Mozilla et le travail sur le projet de Multizilla plus sophistiqué continue.

Le projet de Mozilla et la communauté de développement autour de lui travaillent en tandem pour créer un produit en améliorant constante et nous prévoyons que l'expérimentation de l'interface utilisateur et l'intégration de productions vont s'accélérer à la sortie de Mozilla 1.0.

J'ai entendu dire que "le nombre de bogues découverts" continue de s'élever. Est-ce vrai ?

"Un rapport de bogue" peut être fait dans Bugzilla pour n'importe quelle question touchant au projet de Mozilla qui est assez important pour impliquer de multiples personnes et un dépistage public. Notre système de rapport de bogue et de dépistage inclut tous les rapports faits depuis le commencement du projet Mozilla, ainsi le nombre augmente inévitablement, puisque les bogues résolus restent dans la base de données.

Il n'y a aucune manière précise de rapprocher le nombre de rapports de bogue à la qualité complète du produit :

  1. Certains rapports concernent des opérations sur le projet, pas sur le code.
  2. Un nombre significatif de bogues relatifs au code sont des duplications d'autres bogues ou des mauvais rapports de bogue ; certains expriment une opinion ou des demandes de perfectionnement particulières.
  3. Les demandes de nouvelles caractéristiques (RFEs pour `requests for enhancements`) sont suivies à la trace comme des rapports de bogue.
  4. Nous avons une série de "méta bogues", qui sont utilisés pour la gestion du projet. Par exemple, il y a un "méta bogue" pour chaque version jalon (milestone) dans laquelle nous suivons à la trace les questions importantes de la sortie.
  5. Le nombre de rapports de bogue étant classés est affecté par le nombre de participants au projet : plus il y a de participants, plus de rapports de bogue se retrouveront dans Bugzilla.
  6. L'existence d'un rapport de bogue indique peu de chose sur l'effet du bogue sur les utilisateurs. Un rapport de bogue simple peut couvrir un énorme problème qui affecte tous les utilisateurs uniformément, ou il peut couvrir une question fortement spécifique que la plupart des utilisateurs rencontreront rarement, si jamais ils la rencontrent. Puisque les rapports de bogue traitent des questions de moins en moins communes, c'est tout à fait possible que le nombre de rapports augmente simultanément avec une augmentation de la qualité globale.

Tandis que le compteur de rapport de bogues n'aide pas à suivre à la trace le "degré de boguage" (bugginess), nous suivons à la trace d'autres mesures de `bugginess`, en particulier dans le MTBF (`Mean Time Between Failures`), un standard de concept industriel (voir par exemple, cette analyse de compilations récentes).

Quel est le rapport entre mozilla.org et des sociétés de parrainage comme Netscape et AOL ?

Mozilla.org existe pour faire de Mozilla un projet `open source` pleinement réussi. Il supporte la communauté Mozilla entière et donne un point central de contact et une identité pour ceux intéressés par l'utilisation ou l'amélioration du code de Mozilla.

Mozilla.org maintient une indépendance absolue vis à vis des décisions `marketing`. Les décisions sont prises pour la santé à long terme du code et de l'entière communauté. Mozilla.org reçoit le parrainage d'entreprise, du personnel et des ressources (des serveurs, etc.), accepte les meilleures contributions données par la communauté et communique étroitement avec des distributeurs.

Quelques membres du personnel de mozilla.org sont des volontaires, y compris son Porte-Parole (Chief Lizard Wrangler). D'autres employés sont parrainés par des employeurs. Dans tous les cas un dévouement au projet lui-même, plutôt que n'importe quel produit particulier résultant du projet, est exigé. Mozilla.org a un engagement de longue date à la pleine transparence.

Netscape ne fait-il pas la plupart du travail (écriture du code et de la documentation, test, etc.) ?

Netscape est le plus grand contributeur au projet Mozilla et a renforcé la communauté en employant un certain nombre d'anciens volontaires, permettant de ce fait à un bon nombre d'entre eux de travailler à plein temps sur le projet.

Des employés de Netscape ont été impliqués étroitement dans la plupart des aspects du code, habituellement en tandem avec quelques uns des principaux volontaires et un nombre croissant d'employés d'autres compagnies qui utilisent le code de Mozilla. Jusqu'ici, approximativement 300 personnes indépendantes de Netscape ont apporté des contributions de code au projet.

Le nombre de personnes participant à d'autres aspects du projet est encore plus grand. En particulier, le nombre de ceux impliqués dans le test du produit et le report de bogues est énorme. Les versions diffusées récemments de mozilla.org ont été téléchargés par 300 000 à 400 000 personnes chacune, donnant au projet une excellente base de données de tests.

Il y a également des centaines de personnes participant aux activités de tests qui aident ces développeurs qui écrivent le code. Ceci permet aux développeurs d'être plus efficients et efficaces.

De même, une grande partie de la documentation produite, y compris divers guides d'initiation, vient de volontaires de la communauté.

AOL utilisera-t-il Mozilla ?

Mozilla.org ne peut pas parler des futures actions d'AOL ; seul AOL peut le faire. CompuServe, une filiale à 100% d'AOL, embarque actuellement la technologie de Mozilla connue comme "Gecko" comme partie du client CompuServe 7.0. AOL évalue actuellement une version bêta d'AOL 7.0 client qui utilise aussi Gecko, mais il est prématuré de faire des remarques sur n'importe quels plans futurs. La version du client AOL pour MacOSX sortie le 12 août 2002 utilise le moteur de rendu Gecko.

Quels termes de licence régissent la base du code de Mozilla ?

La base du code de Mozilla est développée et licenciée comme un logiciel `open source`/libre. Cela signifie que le destinataire est garanti de droits fondamentaux.

La plus grande partie du code de Mozilla est dirigée selon la MPL (Mozilla Public License) et la NPL (Netscape Public License). Les fichiers compatibles avec des licences `open source`/libre (comme les licences BSD et MIT) peuvent aussi être inclus.

Cela signifie que le code de Mozilla peut-être légalement :

Par n'importe quelle personne ou société dans n'importe quel but.

Plus d'informations sur l' `open source` et le logiciel libre peuvent être trouvées respectivement sur http://opensource.org et sur http://www.fsf.org.

La base du code est actuellement relicenciée pour combiner légalement et plus facilement le code de Mozilla avec le code d'autres projets qui sont aussi libres, mais qui ont des licences incompatibles (la GNU GPL et la LGPL). Le retard vient d'une poignée de contributeurs "disparus".

Quelle autre technologie y a t-il ? Qui pourrait la trouver utile ?

La base du code de Mozilla inclut une large variété de fonctionnalités relativement modulaires, et basées sur les standards. Les développeurs, particulièrement les OEMs, constateront que le code est une source libre et attrayante prête à l'emploi de logiciel de haute qualité pour la création ou l'extension de logiciels portables, respectant les standards ayant trait au Web ou au Net.

Alors que beaucoup de fonctionnalités sont utilisées dans Mozilla 1.0, certaines ne le sont pas.

Il y a, par exemple, des outils pour les développeurs comme Bugzilla, qui est un exemple de technologie de Mozilla qui est un succès en dehors du projet Mozilla. Il y a maintenant des milliers d'installations de Bugzilla utilisées dans le monde entier, pour tracer les informations d'autres projets ouverts ou propriétaires qui n'ont aucun lien avec Mozilla.

De plus, il y a divers autres projets comme Rhino, une implémentation de Javascript en Java (qui permet à ceux déployant des solutions Java de fournir des capacités `scripting` à leurs utilisateurs finaux).

Vers quoi se dirige mozilla.org ?

Quoi qu'il soit, c'est remarquablement ouvert. Il est notable que les premières bases de la conception du premier plan de développement (octobre 1998) concernaient cette bonne question (les autres bases traitaient de questions techniques).

Le site Web lui-même est généralement écrit par et pour des développeurs. Il ignore généralement, et est ignoré par, les autres publics comme la presse et les utilisateurs finaux. Si vous avez suffisamment de connaissances techniques, vous disposerez d'outils impressionnants comme la rédaction de site Web et des fonctionnalités d'archives et une présentation graphique simple en apparence, de l'état en temps réel des compilations (`builds`), de production diverses sur des plates-formes diverses (par exemple, cette présentation du dernier état de l'une des branches de production de Mozilla).

Le développement de Mozilla suit des chemins définis dans le plan de développement périodiquement mis à jour. Les priorités et des buts sont définis dans des manifestes comme le manifeste de mozilla 1.0


Faire un commentaire.

(Site mise a jour le mardi 16 mars 2004)

Ce document à une CSS valide Ce document est conforme au XHTML 1.0